Le Mississippi, ou l'arrivée dans le grand Sud

 

Coucou les amis !

Avec notre retard traditionnel, c’est depuis la Californie qu’on vous raconte le Mississippi.  On en était restées aux déceptions de Nashville et de Memphis… Le Mississippi a tout rattrapé ! Etat végétal où naquit le blues, c’est vraiment là que commence le Sud tel qu’on se l’imaginait. Les petites villes désormais se suivent et se ressemblent un peu : moins de maisons, moins de fast-food au bord de la route, mais plus plus de pick-ups, et plus de mal à comprendre leur accent !

On a choisi de traverser le Mississippi par la Natchez Trace, une route gigantesque qu’empruntaient les vendeurs ambulants du Tennessee. Ils descendaient le fleuve vers la Nouvelle Orléans pour vendre leurs marchandises, et remontaient cette route à pied, défiant les serpents, les voleurs en ambuscade et l’humidité...

Nous, depuis notre petite Hyundai climatisée, on a adoré le Mississippi. On a eu une chance incroyable : on a logé chez Audra et Jeremiah dans une maison un peu paumée à Guntown. Audra, Démocrate, originaire de Californie, rayonne des miles à la ronde avec son grand sourire. Jeremiah, Républicain du coin, est un grand curieux qui ne demande qu’à débattre et à échanger. Angel, amie de la famille, vient aussi du coin. Une fois leurs enfants (on veut les mêmes !! Mais pas tout de suite, hein...) couchés, on a descendu quelques bières tous ensemble dans leur jardin. Port d’armes, contraception, religion, avortement, immigration… Tout y est passé. On a même parlé fantômes.

C’est en effet sans doute un des côtés les plus touchants des Américains : sous couvert d’un pragmatisme très marqué, on surprend une certaine naïveté lorsqu’on les écoute parler de maisons hantées et de tel cousin à qui il est arrivé telle mésaventure à cause de tel esprit pas vraiment parti. Il faut dire aussi qu’on s’approche de la Louisiane, terre des animistes et des esprits mal intentionnés…Et puis le cadre s’y prête bien aussi, avec ces grandes maisons antebellum (pré-guerre civile, donc) de Vicksburg et ces villes cotonnières désertées, témoins d’un autre temps, devenues glauques et fatiguées, telles que Greenwood. Grâce à Parks, rencontré en haut de la Natchez, on a eu une petite leçon d’histoire et plein de bons conseils pour profiter du Mississippi et de la Nouvelle Orléans à venir.

On a aussi eu un petit aperçu des swamps, ces marécages caractéristiques du sud, maison des alligators et des moustiques (pour le plus grand plaisir d’Adèle).

Petit camaïeu de maisons Antebellum du coin :

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *